Aérophagie

3.485K

Phénomène physiologique, l’aérophagie se caractérise par une ingestion d’air anormalement élevée pendant la déglutition. L’air s’accumule ainsi dans l’œsophage et parfois, une faible quantité peut se retrouver dans l’estomac lorsque le sujet boit ou mange. Cette accumulation d’air engendre alors une sensation de ballonnement et des éructations ou rots, les deux symptômes de l’aérophagie.

En réalité, nous avalons tous entre 2 et 4 litres d’air par jour. Cependant, certaines personnes ingèrent une plus grande quantité d’air lorsqu’ils mangent, boivent ou avalent leur salive.

Facteurs de risque

L’aérophagie peut être la conséquence de plusieurs facteurs, isolés ou combinés. Il s’agit entre autre de :

  • la succion du pouce ;
  • la mastication de chewing-gums ;
  • la trop grande consommation de boissons gazeuses ;
  • la déglutition rapide ;
  • l’anxiété, le stress ;
  • l’hypersalivation ;
  • le port d’une prothèse dentaire inadapté, etc.

Symptômes

Divers symptômes peuvent être observés : une sensation de ballonnements après les repas ; une sensation de pesanteur, des lourdeurs d’estomac ; ainsi que des éructations fréquentes.

Aérophagie

L’aérophagie n’est en réalité ni une maladie, ni une affection. C’est tout simplement une gêne, tout à fait normale et banale, qui ne requiert pas de traitement de choc. Toutefois, afin de la traiter, voire de la prévenir, une double approche s’avère indispensable : un régime alimentaire adapté et de bonnes habitudes de vie. Cela implique entre autre de :

  • Éviter les boissons gazeuses ;
  • Manger doucement, bien mâcher et ne pas avaler trop rapidement ;
  • Ne pas prendre l’habitude de roter volontairement ;
  • Ne pas sucer son pouce ;
  • Ne pas mâcher de chewing-gum ou sucer des bonbons toute la journée. En effet, cela augmente la quantité d’air passant dans l’œsophage ;
  • Ne pas grignoter au long de la journée.

Si le stress semble être en cause dans l’aérophagie, il peut être intéressant d’envisager des solutions anti-stress telles que la relaxation, la méditation, la sophrologie, l’acupuncture ou le yoga.

Il faut toutefois noter que les risques d’aérophagie peuvent être réduits en mangeant lentement, en mastiquant bien et en évitant les aliments ainsi que les boissons ci-dessus évoqués.