Un traitement bien suivi

1.41K

Les substances médicamenteuses occupent une place importante dans la vie des habitants des régions occidentales. L’importance des dépenses effectuées dans le domaine de la santé en sont le témoin par excellence. Toutefois, on ne pourrait pas prouver si ces médicaments font l’objet d’une utilisation adéquate.

Toutefois, il s’avère important de relever l’importance de la bonne observance médicamenteuse et du suivi du traitement jusqu’au bout, car il s’agit d’un problème notable de santé publique, qui entraîne des risques chez le patient tout en ayant un coût.

traitement bien suivi

En réalité, le traitement médical fait peur, pour diverses raisons, notamment :

–           lorsqu’il s’agit d’une durée indéterminée, comme pour  personnes atteintes de maladies chroniques (hypertension artérielle, troubles cardio-vasculaires, diabète…).

–           la confiance que ce dernier accorde à son médecin,

–           Les effets secondaires,

–           la composition et la fabrication des génériques,

–           les risques d’interactions médicamenteuses,

–           l’acceptation et la compréhension de la maladie

La décision d’accepter ou de refuser un traitement revient au patient, toutefois, le professionnel de santé devra tout faire pour lever le doute et l’inquiétude, en usant de dialogue, d’ouverture et de communication.

Le plus important est l’assurance de vouloir prendre ce genre de traitement. Moins vous aurez confiance en votre traitement, moins vous serez rigoureux sur la prise. D’où donc la nécessité d’une relation de totale transparence réciproque entre le patient et le médecin.

Le patient doit pouvoir s’exprimer sur ses impressions, problèmes et ressentis face au traitement. Il est recommandé d’informer le professionnel de santé en cas d’autres soucis de santé : allergies, infections ou de prise de n’importe quels autres médicaments en automédication, aussi minime soit-il.

Au final, la mauvaise observance ou le fait de manquer de suivre le traitement jusqu’au bout provoque bien des conséquences fâcheuses, entre autre :

–           diminution et nuisance de la qualité de vie du patient ;

–           aggravation des risques de la maladie ;

–           risque de contagion et de propagation de la pathologie dans son entourage.