L’étiopathie

12.411K

L’étiopathie est originaire du grec « etios », cause, et « pathos », souffrance, et désigne une thérapie manuelle fondée sur la recherche et l’analyse des sources des problèmes de santé. Le but est de découvrir et traiter la cause afin d’éliminer les effets. L’approche est essentiellement « mécaniste » ou, si l’on préfère, « structurelle ». On considère le corps humain comme un tout, comme un système et on localise des lésions originelles qui ont pu entraîner des dysfonctions dans tout l’organisme, tout comme lors d’un jeu de dominos. L’étiopathie retourne à la source réelle et s’attaque directement aux causes grâce à différents types de manipulations.

Cependant il est important de faire la différence d’avec l’ostéopathie. Même si elles ont des points communs en théorie et en pratique, et qu’elles visent toutes deux non pas à soulager les symptômes d’un mal, mais à rétablir l’équilibre menant à la santé, il existe quelques marges de distinctions bien que fines. Tout au plus, peut-on dire de l’étiopathie qu’elle se baserait plus exclusivement sur la structure. L’ostéopathie, bien qu’également mécaniste, possèderait en plus quelques techniques plus « énergétiques », dont la thérapie craniosacrale. Lorsqu’un ostéopathe est traditionnel, il n’est pas rare de la confondre avec un étiopathe. Ce qui ne serait pas le cas avec les ostéopathes orthodoxes. Mais à ce jour, s’il reste des divergences d’ordres philosophique et politique entre étiopathes et ostéopathes, les différences dans la pratique concrète tendent à s’amoindrissent énormément.

Historiquement, et selon les puristes, les deux approches existeraient bien au début de l’histoire millénaire de la médecine. L’étiopathie, comme l’ostéopathie, s’inspire de la tradition du « reboutement ». Ils estiment que cet art de la manipulation se serait transmis à travers les âges par la tradition orale. Jusqu’au XIXe siècle, les rebouteurs et autres « ramancheurs » ont tenu une place importante dans la santé des populations. Au XIXe siècle, quelques écrits « scientifiques » paraissent sur le sujet. Et aujourd’hui, bien des aspects modernes de l’étiopathie apparaissent  et sont appliqués.