L’argent, cet oligo-élément

1.938K

A une époque où la résistance aux antibiotiques pose réellement problème, l’argent, comme oligo-élément, attire l’attention pour ses propriétés précieuses antibactériennes.

argent oligo-élément

L’usage industriel de l’argent est varié. On le retrouve dans les systèmes de filtration et de purification de l’eau à usage domestique destinés aux piscines, le traitement des eaux usées par décontamination des bassins dans certaines communes… L’eau n’est pas la seule concernée par l’action anti-infectieuse de l’argent ; l’air également.

Cependant, c’est sous sa forme colloïdale que l’argent est le plus actif. On l’utilise sous forme de gouttes, en cas de conjonctivite ou d’otite, en vaporisation grâce à un spray pour traiter une rhinite ou une angine, en gargarisme pour une bonne hygiène bucco-dentaire, en pulvérisation sur les plaies, les brûlures, les piqûres d’insectes ou les dermatoses, en douche vaginale ou sous la forme d’ovule pour soulager les cystites ou les candidoses, ou encore, en lavement dans le cas d’une gastroentérite ou de putréfactions intestinales.

Les colloïdes, particules macromoléculaires, ne se dissolvent pas en milieu aqueux mais forment une suspension, dite colloïdale. Ces particules ont un diamètre compris entre 1 micron et 1 nanomètre ; raison pour laquelle on évoque parfois à leur sujet le terme de nanoparticules.

Différents moyens mécaniques, chimiques ou physiques permettent de disperser la matière. Cependant, la particularité d’une dispersion colloïdale est de multiplier de façon considérable la surface développée des micelles. Il y a une parenté structurelle entre les dispersions colloïdales d’or et d’argent. C’est pourquoi on qualifie l’état colloïdal de milieu fortement dispersé qui, est d’une grande stabilité alors que, paradoxalement, s’opposent une force de cohésion à tendance agrégative et une force répulsive due aux charges électriques de ces particules.  Un état d’équilibre s’opère alors.

Sous sa forme colloïdale, l’argent a une action antibactérienne ; laquelle représente une authentique alternative naturelle aux antibiotiques devenus aujourd’hui impuissants à combattre certaines souches bactériennes multi-résistantes.