Cancer de la prostate : un régime pour augmenter la survie

1.214K

La prostate est située sous la vessie et entoure l’urètre, le canal par lequel l’urine et le sperme sont évacués. La prostate a pour rôle de produire le liquide prostatique, un des constituants du sperme avec le liquide séminal et les spermatozoïdes.

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est un cancer fréquent touchant la prostate, une glande de l’appareil reproducteur de l’homme. L’alimentation joue un rôle dans la prévention ou la progression du cancer de la prostate et la sexualité également.

cancer de la prostate

Prévention du cancer

  • Plus on a eu de femmes, moins on a de risque de cancer de la prostate : Une étude canadienne montre que les hommes qui ont connu plus de 20 femmes dans leur vie ont un risque de cancer de la prostate diminué de 28% par rapport à ceux qui n’ont connu qu’une seule partenaire.
  • La tomate, une alliée contre le cancer de la prostate : Les hommes qui consomment plus de 10 portions de tomates par semaine diminuent de 18% le risque de développer un cancer de la prostate, selon les résultats d’une étude britannique.

Selon les résultats d’une étude publiée par les chercheurs britanniques, les hommes qui consomment plus de 10 portions de tomates ou de produits dérivés de la tomate par semaine voient leur risque de cancer de la prostate diminuer de 18%. Un bénéfice vraisemblablement dû à la présence de lycopène, un caroténoïde qui donne sa couleur à la tomate, que l’on doit ces résultats.

  • Moins de laitages, de viande, de pommes de terre, de pain, de sucres. Plus de noix, d’huile d’olive.

Il a été démontré que les hommes qui ont remplacé 10 % de leurs calories quotidiennes provenant de glucides (essentiellement sucres, céréales, pommes de terre) par des graisses végétales saines avaient un risque diminué de 29 % de décéder du cancer de la prostate. Ils avaient aussi un risque réduit de 26 % pour les décès toutes causes confondues. De même, une cuillérée à soupe par jour d’huile d’olive en assaisonnement est associée à une réduction de 29 % du risque de cancer mortel de la prostate et de 13 % le risque de décès. Une once (28 g) de noix par jour était associée à un risque réduit de 18 % de décès par cancer de la prostate et de 11 % pour toutes causes. En revanche, les hommes qui après leur diagnostic de cancer ont remplacé les glucides par des graisses saturées (animales) ont vu leur risque de mortalité toutes causes augmenter de 30%. Pour les graisses trans (acides gras partiellement hydrogénés), ce risque est accru de 25%.