Le gluten et ses maladies associées

412

Le « gluten » est actuellement de plus en plus populaire car il est suspecté d’être à l’origine de troubles de santé et sa popularité est due au fait que tout le monde cherche à l’éviter. Hormis les cas d’allergie au blé, citons :

  • Le gluten, déclencheur de la maladie cœliaque.
  • Sensibilité au gluten : une pathologie discutée
  • Le gluten, déclencheur de la maladie cœliaque

gluten et ses maladies associées

La maladie cœliaque est une maladie intestinale chronique et immunitaire se développant chez des personnes ayant une prédisposition génétique.  Déclenchée par la consommation du gluten, la pathologie se manifeste par la production par le système immunitaire d’auto-anticorps qui s’attaquent à la muqueuse intestinale, engendrant des troubles dans l’absorption des nutriments ingérés. Des problèmes intestinaux comme la diarrhée, le ballonnement suivi de douleur  peuvent survenir. Une malnutrition malgré une alimentation normale peut aussi en résulter.

La maladie ne touchant qu’environ  1 % de la population occidentale, on peut facilement deviner que la maladie de cœliaque ne peut pas être la seule cause de la poussée du régime sans gluten.

Sensibilité au gluten

La sensibilité au gluten en tant que maladie n’a pas encore reçu l’adhésion de tous. Autant il y a des recherches faites pour consolider son existence et la classer parmi les troubles liés au gluten, autant elle a de détracteurs, qui s’appuient sur le fait que plusieurs aspects sur le fonctionnement de la  pathologie et le traitement sont inconnus.

La sensibilité au gluten non cœliaque, tout comme de la maladie cœliaque, se manifeste à la suite de la consommation du gluten dans les aliments. Les symptômes du trouble cessent lorsqu’on arrête de consommer les produits contenant du gluten. Ils reprennent quand le patient mange à nouveau des aliments source de gluten.

Les symptômes de la sensibilité au gluten non cœliaque sont identiques à ceux du syndrome de l’intestin irritable à savoir  les douleurs abdominales, les ballonnements, les désordres intestinaux (diarrhée ou constipation) auxquels s’ajoutent des manifestations systémiques comme le mal de tête, la fatigue, les douleurs articulaires et musculaires, l’engourdissement des bras et des jambes, des problèmes de peau, la dépression et l’anémie.

Néanmoins le diagnostic n’est pas facile à poser étant donné que souvent la maladie est détectée par les patients eux-mêmes à partir d’une privation et d’une réintroduction des aliments contenant du gluten. Et l’éventualité des autres troubles liés au gluten doit être écartée.

La prévalence de la sensibilité au gluten n’est pas connue,  parce que les patients  s’auto-diagnostiquent et adoptent une diète sans gluten. En outre, il existe plusieurs patients pseudo-sensibles au gluten. Car ces victimes de la mode du régime sans gluten semblent développer la sensibilité au gluten lorsqu’elles consomment des aliments supposés contenir du gluten mais en réalité n’en contiennent pas. Aucune complication de la sensibilité au gluten n’a été décrite mais des personnes ayant décidé par eux-mêmes d’éviter le gluten, ont développé une autre pathologie : bactéries intestinales, intolérance au fructose ou au lactose, etc…